la valeur infinie du peuple juif

Page vue : 1 913 fois.

La valeur infinie du peuple juif

Les dernières phrases de la Torah racontent la disparition de Moshé Rabbénou, le plus grand homme qu’a connu le monde, et la Torah conclut par  ces paroles élogieuses : « Aucun prophète comme Moïse n’est apparu au sein du peuple juif, qui connut D-ieu face à face, que D-ieu a envoyé accomplir des miracles et des merveilles en Egypte, devant Pharaon, tous ses serviteurs et tout son pays; pour la main puissante, les manifestations terrifiantes que Moché a accompli aux yeux de tout Israël. » […]

Rachi explique que « la main puissante » est la Révélation au Sinaï. « Les manifestations terrifiantes » sont les miracles dans le désert grand et redoutable. »Qu’il a accompli aux yeux de tout Israël », c’est la brisure des tables de la loi. Moché avait pris l’initiative de les briser devant eux, et Hachem a acquiescé : « Merci de les avoir brisées ».

C’est cela le dernier Rachi de la Torah. La dernière image: ce sont les Tables brisées ! Quel mérite se cache donc derrière cette initiative révolutionnaire ?

A travers ce cours, le Rav Shaoul Sillam nous invite à découvrir la valeur infinie du peuple juif !

 

TOUS LES COURS DE RAV SHAOUL SILLAM

 

3 Comments

  1. bentama mohamed dit :

    bonjour je voudrais aprendre le judaisme

  2. ATLANI Johananiel dit :

    C’est très facile, il suffit de croire D et de recevoir la thora pour l’apprendre ensuite, mais préalablement il faut apprendre et respecter les Lois du Chabbat des Fêtes et les suivre « religieusement » pour entrer dans l’alliance d’Abraham

Trackbacks

Laisser un commentaire

 
 




 

 

Un mot, une vie…

Le travail de l’homme selon la ‘Hassidout est de s’habituer à percevoir la Providence divine (hachga’ha pratit), de quelle manière D.ieu, dans Sa grande bonté, renouvelle le monde et les créatures à chaque instant par Sa Providence particulière qui constitue, à l’exclusion de toute autre chose, la réalité, la force vitale et la pérennité de existence de toutes les créatures.

Le Rabbi de Loubavitch, 1942.